0%

Yamadera à la faveur de l’automne

Risshaku-ji - 山寺・立石寺の初紅葉

0

Malgré un typhon de passage ce week-end, on a tout de même encore droit à de belles journées ensoleillées qui appellent à l’escapade. L’automne commençant à répandre ses couleurs sur l’archipel, j’ai profité du week-end dernier pour m’enfuir de la jungle urbaine de Tokyo au profit d’un peu de nature dans le Tohôku. Place aux premiers frissons de l’automne dans les sentiers de Yamadera.

Yamadera - Nôkyô-dô 納経堂

Il y a des jours comme ça où vous avez envie de partir, sans savoir où, mais envie de partir. Le sac est plus ou moins prêt et la nuit déjà bien entamée, mais je suis encore en train de chercher une destination qui me motive pour le lendemain. Après une longue hésitation, je jette mon dévolu sur la préfecture de Yamagata, me disant que j’aurai toujours la possibilité de me rabattre sur Sendai – que je connais déjà – pour un pied-à-terre. Couché à 3h30 pour me lever deux heures plus tard, la nuit aura été courte et le réveil douloureux mais qu’importe : je suis content de me retrouver dans le train puisqu’il rime cette fois avec voyage.

Yamadera - Jizô sur la place de Oku-no-in

Entre somnolence et rêvasseries sur le paysage, j’arrive finalement à Sendai. Mais nos retrouvailles seront brèves et se feront uniquement depuis les baies vitrées de la gare. Je m’engouffre au hasard dans l’un des trois wagons de la ligne Senzan, remplis d’étudiants qui partent en cours et parsemés de petits groupes de retraités. Autant dire que je sais d’ores et déjà avec laquelle des deux générations je finirai le trajet et c’est au beau milieu d’une discussion avec une vieille hôtelière de Tokyo que j’arrive à destination. Le temps splendide de la capitale a fait place à un ciel gris nuageux qui, heureusement pour moi, se fendra peu à peu de belles éclaircies.

Yamadera - Vue de la vallée depuis le Godai-dô

Le village de Yamadera est des plus paisibles si ce n’est du flot permanent de cars qui dégueulent du touriste à n’en plus finir. On a beau être en semaine, les visiteurs sont nombreux – beaucoup de chinois notamment – mais débarquent heureusement le plus souvent en groupe. Il suffit donc de laisser passer la tempête quand elle arrive pour se retrouver un minimum au calme et profiter de l’ascension dans la montagne telle qu’elle a inspiré le poète Bashô et son disciple. Il faut bien avouer que malgré la foule, le complexe du temple Risshaku-ji – de son vrai nom – dégage un cachet formidable devant lequel on aurait bien du mal à rester insensible.

Yamadera - Nenbutsu-dô 念仏堂

Une fois les 1100 marches du chemin de pèlerinage gravies, la vue sur la vallée est imprenable et l’on se met à rêver d’entraînement spirituel – et d’escalade – face aux différents cavités rocheuses et autres structures de bois strictement réservées à la méditation des moines en formation. Le complexe regorge également d’artefacts dignes d’intérêts avec un magnifique bouddha de bois entouré d’enfants dans le Konpon-chûdô, de belles représentations de Jizô et un « grand » bouddha qu’on ne peut malheureusement pas photographier dans le Oku-no-in. Si l’ensemble peut être couvert en quelques heures seulement, je ne peux que recommander de prendre son temps et de ne pas descendre à la gare de Yamadera mais à celle de Omoshiroyama-kôgen pour une randonnée dans une gorge ponctuée de chutes d’eau, qui vous mènera à Yamadera. C’est mon gros regret du voyage vu que je ne connaissais pas l’existence de ce passage : là encore, pour une prochaine fois peut-être ! Rendez-vous très bientôt pour une petite fiche gourmet. 😉

Date des clichés : 2009/10/19 – Objectifs et Apn : Tokina 12-24 f/4 et Canon EF 28-135mm f/3.5-5.6 sur Canon EOS 40D

Yamadera à la faveur de l'automne

Yamadera à la faveur de l’automne

Infos pratiques

Horaires : de 08h à 17h pour la Sanmon (le village et les structures à l’extérieur sont librement accessibles) ; de 08h30 à 17h pour la salle des trésors (fermée de décembre à mars)
Tarifs : adultes/300 yens – collégiens/200 yens – enfants/100 yens (pour passer la Sanmon) ; adultes/200 yens ; enfants/100 yens (pour la salle des trésors)
Accès : depuis Tokyo, prendre le shinkansen pour Yamagata ou éventuellement pour Sendai selon les horaires des correspondances ; dans les deux cas, prendre la ligne JR Senzan jusqu’à la station de Yamadera ; le complexe est devant vous. 😉
Liens utiles : JNTO (an) ; Yamadera (ja)

Cliquez sur les différents sites pour vous repérer :

La galerie photos

 

S'abonner
Pour être mis au courant des nouveautés directement par mail