0%

Tokushima : Festival Awa Odori

0

Festival Awa Odori – 徳島阿波おどり

Ça y est ! Notre bus arrive enfin devant la gare de Tokushima. Il reste encore plusieurs heures avant le début des festivités, mais on sent déjà que la ville n’est pas dans son état habituel. Artères principales coupées à la circulation, décorations en tous genres et groupes de danseurs qui s’agitent déjà dans les rues : pas de doutes, le festival d’Awa Odori, c’est bien par ici…


Désolé pour les petites connections, mais cette page de mon carnet de route tient plus de l’album photo que du roman fleuve. J’ai essayé de sélectionner les prises de vue les plus représentatives, en essayant de pas trop en mettre non plus. Résultat des courses : 55 clichés tout de même. Attention à l’indigestion donc. 😉

Le festival Awa Odori est particulièrement réputé au Japon et se voit d’ailleurs reproduit à plus petite échelle à travers tout le pays. Rien qu’à Tokyo, on trouve je ne sais combien de quartiers qui ont un jour réservé à ce festival, le plus réputé étant peut-être celui de Kôenji. Il n’empêche que le vrai, l’original du pays d’Awa – Awa désigne, à peu de choses près, l’actuelle préfecture de Tokushima – c’est celui de la ville de Tokushima justement.

Les Japonais ne s’y trompent d’ailleurs pas et envahissent littéralement la région au moment du festival. Gare à vous donc si vous n’avez pas réservé d’hôtel, car on vous éconduira gentiment dans la plupart des logement du coin, villes voisines y compris. Avec un peu de patience – et très certainement beaucoup de chance – cela reste tout de même possible de trouver un endroit pour la nuit : nous étions trois, sans réservation bien entendu (c’est pas marrant sinon), et nous sommes quand même arrivés à nous loger tant bien que mal.

Le festival en lui-même fut fabuleux. Si vous suivez mes périples depuis un petit bout de temps, vous savez très certainement que je suis très friand de ce genre de manifestations et l’Awa Odori a été au-delà de mes espérances. Beaucoup plus traditionnel qu’un Super Yosakoi, cette danse a pour seul défaut – si tant est que cela en soit un – d’être interprétée toujours sur la même musique. Pas ou peu de variations possibles donc, mais les équipes ne peuvent alors se distinguer que par leur performance : spectacle et bonne humeur garantis !

J’aurais bien du mal à retranscrire plus en avant l’ambiance qui règne ce jour-là et je me permettrais donc juste de préciser à quel point le festival, en sus d’être magnifique, est fort agréable. Malgré l’incroyable foule, on a toujours la possibilité de se déplacer et il ne me semble pas nécessaire de débourser d’avantage pour obtenir une des places assises dans les gradins situés à plusieurs endroits de la ville.

Le mieux est, je pense, d’arriver en début d’après-midi, de siroter un verre en profitant des différents spectacles organisés un peu partout, de se trouver un petit coin quand on sent que la parade du soir se fait imminente et de ne pas hésiter à se déplacer dans la ville une fois le spectacle commencé. L’ambiance de fête est partout, et ce, dès le début de l’après-midi, et il serait bien dommage de ne pas en profiter en restant scotché à une place pour ne pas qu’on vous la prenne.

Voyage dans le Kansai et Shikoku (été 2008) : Mont Kôya => Nanki Shirahama => En route vers Shikoku => Awa Odori à Tokushima => Shôdo-shima

Date des clichés : 2008/08/13 – Apn : Canon EOS 40D

S'abonner
Pour être mis au courant des nouveautés directement par mail