0%

Sumô et cerisiers

0
Tournoi de sumô dans l'enceinte du sanctuaire Yasukuni

Tournoi de sumô – 靖国神社奉納大相撲

S’il y a une chose à laquelle je ne me suis quasiment pas intéressé depuis que je suis au Japon, c’est bien le sumô. Alors quand on m’a parlé d’un petit tournoi gratuit organisé sous les cerisiers en fleurs du sanctuaire Yasukuni, il m’a semblé que ce serait l’occasion idéale pour me faire une idée de ce sport qui enthousiasme tant notre ancien président…

Tournoi de sumô dans l'enceinte du sanctuaire Yasukuni Tournoi de sumô dans l'enceinte du sanctuaire Yasukuni - Les rikishi s'échauffent Tournoi de sumô dans l'enceinte du sanctuaire Yasukuni

Après m’être frayé un chemin hors de la station de Kudanshita, qui était complètement engorgée par des flots d’étudiants se dirigeant vers leur cérémonie d’entrée à l’université, je remontai l’avenue Yasukuni jusqu’à l’imposant torii du sanctuaire. En cette saison de hanami, ses allées étaient bordées comme il se doit de toute la panoplie habituelle de yatai, ces petits stands nomades où on peut manger et boire de tout, inévitable cortège coloré qui accompagne les matsuri nippons.

Tournoi de sumô dans l'enceinte du sanctuaire Yasukuni Tournoi de sumô dans l'enceinte du sanctuaire Yasukuni Tournoi de sumô dans l'enceinte du sanctuaire Yasukuni

C’était une journée splendide et c’est les yeux froncés par le soleil que je pénétrai dans la pluie de pétales roses qu’offraient les cerisiers de l’enceinte du sanctuaire. Une représentation de nô étant également prévue pour le soir, les lieux étaient animés d’une intense activité. Les prêtres shintô, à peine perturber dans leur tâche par le brouhaha des touristes en quête de photos souvenir, s’affairaient à l’organisation des différents événements du jour, courant d’un pas leste dans leur large costume de coton.

Tournoi de sumô dans l'enceinte du sanctuaire YasukuniTournoi de sumô dans l'enceinte du sanctuaire YasukuniTournoi de sumô dans l'enceinte du sanctuaire Yasukuni

A mon arrivée, les abords du dohyô – le cercle délimité de paille tressée dans lequel s’affrontent les lutteurs – étaient d’ores et déjà inaccessibles, accaparés par de courageux lève-tôt dont la moyenne d’âge était relativement élevée si l’on excepte les étrangers présents. Le début de la compétition n’était prévu qu’une heure plus tard, mais de nombreux rikishi – plus communément appelés sumotori en France – étaient en train de s’entraîner.

Tournoi de sumô dans l'enceinte du sanctuaire YasukuniTournoi de sumô dans l'enceinte du sanctuaire YasukuniTournoi de sumô dans l'enceinte du sanctuaire Yasukuni - Deux gyôji, les arbitres de sumô

La foule grossissait de minutes en minutes et j’étais sur le point de me retrouver sans place assise lorsque le personnel du sanctuaire eut la bonne idée d’installer une bâche supplémentaire – car il n’y avait bien évidemment pas de chaises – juste à l’endroit où je me trouvais. Chanceux, certes, mais je ne profitai finalement pas longtemps de ce confort – relatif avouons-le -, bien trop désireux que j’étais de voir la compétition sous différents angles.

Tournoi de sumô dans l'enceinte du sanctuaire Yasukuni Tournoi de sumô dans l'enceinte du sanctuaire Yasukuni - Les rikishi se jettent l'un sur l'autre lors du taichiai

Je n’ai jamais été un grand amateur de sport en tant que spectateur et ce serait mentir que de dire que le sumô aura fait exception. J’ai néanmoins beaucoup apprécié ces duels de géants, non pas pour la performance sportive pure avec cette indéniable force musculaire presque cachée par une corpulence parant d’une certaine bonhomie ces formidables lutteurs, mais plutôt pour cet instant fatidique fait de concentration où les mains de chaque opposant touchent le sol pour signaler à leur adversaire qu’ils sont prêts. Car là, c’est l’assaut, fulgurant, terrible, puissant, choc de chair, mais surtout choc de deux esprits exacerbés par une tension arrivée à son paroxysme.

Tournoi de sumô dans l'enceinte du sanctuaire Yasukuni Tournoi de sumô dans l'enceinte du sanctuaire Yasukuni Tournoi de sumô dans l'enceinte du sanctuaire Yasukuni Tournoi de sumô dans l'enceinte du sanctuaire Yasukuni

PS : Je m’excuse par avance auprès des puristes si des erreurs se sont glissées dans ce billet, tout en espérant n’avoir choqué personne avec mon intérêt pour l’instant fort limité envers cette noble discipline. D’ailleurs, si quelqu’un reconnaît certains rikishi, qu’il n’hésite pas à en parler. ^-^;

Date des clichés : 2008/04/04 – Apn : Canon EOS 40D

 


Horaires
: chaque année – début avril
Tarifs : accès libre
Accès : la station la plus proche est celle de Kudanshita sur les lignes Hanzômon ou Tôzai, prendre la sortie 1 et aller tout droit en remontant la côte jusqu’à se retrouver en face de l’allée menant au sanctuaire Yasukuni : le dohyô se trouve au fond à droite
Liens utiles et références : page internet (japonaisanglais), Wikipedia (japonaisfrançais), site sur le sumo (français)

S'abonner
Pour être mis au courant des nouveautés directement par mail