0%

Tôdai-ji – 東大寺

Quand on aime se balader au Japon, des temples et des sanctuaires, on en voit beaucoup. Et il faut bien avouer qu’on n’y fait plus forcément très attention, particulièrement quand la fatigue s’en mêle. Il y a pourtant de ces lieux qu’on apprécie dans n’importe quelles conditions et auxquels même le plus blasé des visiteurs ne peut rester insensible. Le Tôdaiji de Nara est sans conteste de ceux-la…


La première fois que je m’y suis rendu, il y a deux ans de cela, j’étais vraiment impatient de découvrir le Daibutsu qu’il abrite. Grand fan de celui de Kamakura, j’avais vraiment hâte de voir ce que pouvait donner une statue plus grande encore, qui plus est en intérieur.

Malheureusement, sans aller jusqu’à dire avoir été déçu, c’est plutôt tout ce qui entoure le géant de cuivre qui a retenu mon attention. Je ne sais pas si c’est le fait qu’il soit en intérieur justement, mais j’ai été beaucoup plus impressionné par l’immense hall lui servant de demeure que par le Daibutsu en lui-même. Il faut dire que ce hall est la plus grande construction en bois du monde et on a du mal à imaginer qu’il ne fait, à l’heure actuelle, que les 2/3 de sa taille d’origine.

J’ai également beaucoup apprécié les gardiens se trouvant en retrait de chaque côté du Bouddha. Outre leur taille démesurée, la finesse du travail du bois est remarquable : détails de l’armure, replis des tissus, traits du visage,… ce sont des divinités au rôle de garde du corps et on ne peut pas l’oublier.

Ce soucis du détail se retrouve également sur les pétales de la fleur de lotus servant de trône au Daibutsu : des dizaines de Bodisatvas ciselés dans le cuivre font écho à ceux sculptés en bois, qui constituent l’auréole dorée du géant.

Vous l’aurez compris le plus grand Daibutsu du Japon vaut bien entendu le détour. À mes yeux, il se fait cependant voler la vedette par tout ce beau monde qui l’entoure, sa taille s’effaçant même sous le poids de l’incroyable bâtisse qui l’abrite. Un endroit incroyablement touristique certes, mais qui reste incontournable quand on passe dans la région.

Voyage dans le Kansai (03/2008) : Himeji-jô => Kôko-en => Nara le soir => Nijôjô de nuit => Nara : l’envers du décor => Tôdaiji => Quartier de Zôshichô => Wakakusa-yama => Uguisu-no-taki => En arpentant Kasuga-yama (fin)

Date des clichés : 2008/03/29 et 2006/08/05 – Apn : Canon EOS 40D et 350D

Horaires : de 7h30 à 17h30 d’avril à septembre ; de 8h à 16h30 le reste de l’année (sujet à variations donc j’ai préféré mettre des horaires sûr)
Tarifs : adultes – 500 yens; enfants – 300 yens
Accès : si vous ne souhaitez pas marcher, depuis les gares JR ou Kintetsu de Nara, prendre un bus jusqu’à l’arrêt Daibutsu-den Kasuga Taisha Mae (aucun numéro de bus n’est indiqué sur le site officiel)
Liens utiles et références : page internet (japonais) – Brochure JNTO (anglais)

S'abonner
Pour être mis au courant des nouveautés directement par mail