0%

La précarité des jeunes au Japon

0

Un article fort intéressant est paru dans Le Monde, concernant de jeunes japonais qui, n’ayant pas assez d’argent pour se payer un appartement, vivent dans des cafés internet tout confort. C’est un moyen de se loger que je connais bien, car je l’utilise beaucoup moi-même lorsque je suis en voyage et je trouve que Philippe Pons a bien su en résumer l’atmosphère.

 


Le Japon, l’île des enfants perdus
LE MONDE | 09.08.07 | 15h58 • Mis à jour le 09.08.07 | 15h58

Souvent d’un confort feutré avec leurs spacieuses bibliothèques de mangas et de DVD, leurs box au fauteuil moelleux séparés par de minces cloisons à mi-hauteur et leurs distributeurs de boissons, sandwichs ou bols de nouilles instantanées, les cafés Internet qui fonctionnent 24 heures sur 24 sont les nouveaux repaires des jeunes Japonais.

La plupart viennent pour surfer sur le Web, d’autres pour tuer le temps, regarder la télévision ou se reposer dans la pénombre d’un lieu confortable, loin du brouhaha des rues des quartiers animés. Certains en ont fait leur tanière. Ce sont les « réfugiés du Net » : des jeunes de 20 à 30 ans qui naviguent d’un petit boulot à l’autre et ne gagnent pas assez pour se payer un logement ou une chambre d’hôtel. Dans les cafés Internet, ils peuvent passer six heures pour 1 500 yens (9 euros) ou moins dans les quartiers périphériques. La plupart des grands établissements disposent d’une centaine de box.

Minuit passé. Devant la machine à boissons chaudes, il attend que son gobelet se remplisse. La trentaine, jeans et tee-shirt bleu, les cheveux en broussaille. « Cool » comme des milliers de ses congénères croisés auparavant dans les rues du quartier branché de Shibuya à Tokyo. « Vous, vous cherchez un nouveau pauvre ?, dit-il, avec un sourire amer. Bingo ! Vous l’avez. Trente ans, une vingtaine de boulots sans lendemain. Depuis trois mois, je vis ici avec un petit sac et des sous-vêtements jetables. Je suis un « one call worker » : enregistré auprès d’une agence de placement qui m’appelle sur mon portable quand il y a un boulot. Dans les 1 000 yens de l’heure. Je dépense 1 500 yens pour ma nuit. Je mange dans des McDo. Humiliant, non ? Le gouvernement parle de « seconde chance » pour les perdants comme moi, poursuit le jeune homme. Mais y en a marre : on ne quémande pas une chance, un coup de bol. On veut une vie décente, c’est tout. Mon nom ? Je suis personne dans cette société. » Dans le gobelet, le café refroidit. Il le prend, puis, sur un « Salut ! », part vers son box.

Les cafés Internet offrent un condensé de la société japonaise contemporaine : prospère, lisse et efficace en surface, mais parcourue d’ondes souterraines dénotant malaise et dysfonctionnements. Dans les cafés Internet les plus modernes, ceux des quartiers animés, l’accueil est digne d’un hôtel. Atmosphère feutrée et services multiples. Fondus parmi les clients – car rien dans leur apparence ne les distingue vraiment – se nichent les jeunes paumés.

Après une décennie de récession, la machine productive nippone est repartie, mais elle laisse sur le carreau nombre de jeunes. Ce sont des « freeters » (mot composé de l’anglais free et de l’allemand arbeiter, désignant ici ceux qui font des petits boulots, c’est-à-dire des jeunes en situation précaire). Ayant grandi dans le Japon de la « bulle financière » de la fin des années 1980, ils sont arrivés sur le marché du travail à la fin de la « période glaciaire » de la récession, quand les entreprises soucieuses de réduire les coûts ont sabré dans l’emploi permanent pour privilégier le travail temporaire. Ils forment ce que le quotidien Asahi a baptisé la « génération perdue ».

Le gouvernement estime à 1,8 million le nombre des freeters, filles et garçons. Si, au début de la décennie, on a pu voir en eux l’expression des valeurs individualistes d’une génération plus orientée vers des satisfactions personnelles que ses parents dévoués à l’ entreprise, beaucoup ont découvert que leur situation est moins synonyme de liberté que de précarité.

Aux largués de la reprise, freeters et jeunes désargentés arrivés de la campagne qui n’ont pas de quoi payer un loyer et encore moins les trois mois d’avance pour obtenir un logement s’ajoutent ceux que des sociologues anglais ont baptisés « neet » (Not in Education, Employment or Training). Ils ne sont pas étudiants ni en formation : ils dérivent. D’entrée de jeu, ils ont baissé les bras. Pour la plupart, ce sont des adolescents introvertis qui refusaient d’aller à l’école (phénomène préoccupant dans l’Archipel depuis une décennie). Adultes, ils restent refermés sur eux-mêmes. Ils seraient 800 000.

Les neet sont un symptôme du malaise d’une société devenue férocement compétitive, qui condamne leur inadaptation, la mettant au compte de la fainéantise. Un message qu’ils reçoivent comme une négation de leur droit à l’existence. Les neet forment une bonne partie des jeunes qui se suicident. Comme eux, beaucoup de freeters ont le sentiment d’être pris dans une nasse.

Les quelque deux mille cafés Internet que compte le Japon sont moins chers qu’un sauna ouvert toute la nuit ou que les « hôtels capsules », aux couchettes superposées comme dans un wagon-lit. Et les boissons sont gratuites. La nuit, les plus grands sont pleins.

Outre la faune des habitués (10 % selon les employés), qui viennent pour quelques semaines, voire quelques mois, on y côtoie des salariés qui ont raté le dernier train. Ils ronflent les pieds sur la tablette de l’ordinateur dans les fauteuils inclinables des petits box de 2 m2, où l’on se déchausse avant d’entrer. Çà et là, dans les compartiments à deux, des couples profitent de la pénombre complice pour se caresser discrètement. Certains sont des lycéens qui ont raconté à leurs parents qu’ils dormaient chez un copain ou une copine. Devant d’autres box sont posées des chaussures à talons hauts : des filles de la nuit (hôtesses de bar et autres) qui attendent les premiers métros. Au petit matin, tout ce petit monde s’ébroue vers les douches de l’établissement. Certains ont même une salle de sport.

Les réfugiés du Net sont l’une des facettes de la nouvelle pauvreté nippone, fille d’une inégalité croissance entre ceux qui ont un travail fixe et les autres. Une disparité qui passe désormais par un clivage entre générations.

 

Philippe Pons
Article paru dans l’édition du 10.08.07.

 


Je trouve juste un peu dommage qu’il n’insiste pas assez sur le fait que certains freeters le sont par choix. Je ne parle pas forcément de ceux qui prétendent vouloir s’affranchir du système japonais, qui tourne encore beaucoup autour de l’entreprise, mais plutôt de ces jeunes qui, comme dans beaucoup de nos sociétés modernes actuelles, finissent leurs études sans savoir ce qu’ils veulent faire. Une succession d’emplois dits « précaires » leur permet alors de s’essayer à la vie active, ajoutant ainsi une pierre pratique au mur de théories qu’est le système éducatif japonais. J’ai d’ailleurs l’impression que les japonais qui passent par cette période de cuissage social gagnent certaines facultés d’adaptation et d’initiative qu’ils mettraient beaucoup plus de temps à acquérir en entreprise.

Quant aux neets, j’en ai rencontré justement un le week-end dernier. La conversation portait sur toute autre chose lorsque, entre deux verres de sake, il commença à nous parler. « Vous savez, j’ai vingt ans mais je suis encore lycéen… J’ai arrêté le lycée à 16 ans… Je ne m’y plaisais pas. Depuis ça, je suis un neet, vous connaissez ? » Il n’écouta que vaguement notre réponse avant de poursuivre avec un petit regain d’énergie. « Mais maintenant, j’ai repris les cours et je suis en deuxième année de lycée dans un cursus par correspondance! Ça va maintenant! » Dit-il ça pour nous rassurer, nous qui écoutions son histoire avec sérieux? Ou était-ce simplement pour se rassurer lui-même? Toujours est-il que son histoire finie, il enchaîna sur un autre verre de sake en se morfondant en excuses, honteux de donner une si mauvaise image des jeunes japonais.

Alors, malaise d’une société japonaise qui cherche encore ses marques après les bouleversements sociaux imposés par l’éclatement de la bulle? Ou particularité nippone permettant d’exprimer des incertitudes qui touchent pourtant la jeunesse de toutes les sociétés modernes actuelles?

Sources : Le Monde

S'abonner
Pour être mis au courant des nouveautés directement par mail