0%

Ascension de Nokogiri-yama – 鋸山へのハイキング

Une fois la traversée en ferry terminée, on se retrouve dans le petit village plaisancier de Kanaya (金谷). Deux options s’offrent alors à vous pour atteindre le sommet de la « montagne-scie » (Nokogiri-yama) : le téléphérique ou une rando en montagne. Cela va sans dire que j’ai opté sans trop me poser de questions pour la deuxième option. Petit tour complet du port jusqu’au sommet convoité…


Avec ses palmiers et son air frais de la campagne, on a vraiment du mal à croire qu’on est à seulement deux heures de Tôkyô. À Hama-Kanaya, la vie tourne au ralenti et les maisons semblent toutes inhabitées tellement l’endroit est calme. Certes, on a bien une bonne petite nationale pour nous défigurer tout ça et polluer nos oreilles, mais dans l’ensemble, l’endroit se prête parfaitement à une rêverie flâneuse.

C’est en flânant justement, qu’on se retrouve à passer devant la gare JR locale avant d’atteindre la petite salle municipale qui sert d’office du tourisme. N’y trouvant aucune autre carte que celle que j’avais déjà récupérée à bord du ferry, j’en profite quand même pour demander au petit vieux qui se tenait là un itinéraire intéressant. Non. Attendez. Il me semble bien que c’est plutôt lui qui est venu vers moi, très certainement bien content de trouver quelqu’un à qui parler.

Toujours est-il qu’il m’a confirmé que tant qu’à faire un des deux à pied, la montée était le choix le plus judicieux, et qu’il me suffirait après de prendre le téléphérique pour revenir au port. Une pharmacie, un virage à gauche, quelques pancartes rafistolées au fil de fer et me voilà face à une patte d’oie m’offrant le choix de mon calvaire volontaire. Tout droit avec un passage rapide mais tout en escalier ; ou sur la gauche avec un léger détour offrant un chemin de montagne.

Ayant posé trois fois la même question au petit vieux de l’office du tourisme quant au choix à réaliser, je ne peux me permettre d’aller contre son avis et suis son conseil en prenant le chemin de gauche. La montée se fait sans accrocs particuliers. Le chemin était anciennement pavé et aménagé mais ce qu’il en reste aujourd’hui gêne plus le promeneur qu’il ne l’aide.

On arrive cependant bien vite au sommet – non sans un dernier passage aux escaliers fort raides qui ne manqueront pas de couper le souffle aux plus endurants – afin de profiter d’une belle vue sur la baie de Tôkyô et l’océan Pacifique. Si vous souhaitez avant tout voir le temple Nihon-ji ou les marques laissées par l’ancienne carrière locale, l’ascension jusque là n’est pas obligatoire mais est vraiment gratifiante. Tout est donc question de choix personnels dans son itinéraire, mais si c’est moi qui vous guide, vous n’y échapperez pas. 😉

Itinéraire vers Chiba : De Kurihama à Kanaya => Kanaya et randonnée => Jigoku-nozoki et Hyaku-shaku Kannon => Le Nihon-ji et son Daibutsu => Kaisen-don à Kanaya (fin)

Date des clichés : 2009/02/06 – Apn : Canon EOS 40D

Horaires : –
Tarifs : –
Accès : voir l’article sur la traversée en ferry ici pour plus de détails
Tout le web : Kanaya

S'abonner
Pour être mis au courant des nouveautés directement par mail