0%

Château de Matsumoto

松本城

0

Même s’il est toujours agréable de découvrir de nouveaux coins, il y a certains endroits que l’on prend plaisir à parcourir une nouvelle fois, que ce soit pour profiter d’un héritage historique ou naturel particulier, ou, tout simplement, d’une atmosphère spéciale propre au lieu et qui nous convient. Avec son château d’époque et ses ruelles pleines de charme, la ville de Matsumoto fait un peu partie, à mes yeux, des deux catégories. J’y ai mis pour la première fois les pieds à l’été 2007, juste avant d’aller rendre visite aux singes amateurs de sources chaudes du Yaen-Kôen dont je vous ai déjà parlé. Je n’y étais alors resté qu’un peu plus de quatre heures, temps bien suffisant pour “traverser” la ville et visiter le château, mais qui fait figure de course contre la montre considérant une bonne journée à flâner dans ses ruelles. C’est cette deuxième option que nous avons choisie cette fois-ci, choix d’autant plus judicieux que l’on peut emprunter gratuitement des vélos un peu partout dans la ville (voir l’encart “Vélos gratuits” en fin d’article), réduisant ainsi la monotonie et la fatigue dues à des sessions de marche trop fréquentes.

Château de Matsumoto

Festival de Taiko (2007)

Vendredi 10 août 2012. Nous partons sur le coup des 5 heures du matin, équipés de notre premier Seishun 18 Kippu de la saison. L’avantage lorsqu’on ne suit pas l’axe de la Tôkaidô reliant Tokyo à Kyôto, c’est que les paysages deviennent assez vite relativement campagnards et montagneux, véritables compositions naturelles faites de rivières, de ponts et de petites gorges au cadrage parfait, pour peu que l’on jette un coup d’oeil par la fenêtre du train au bon moment. Peu à peu, le wagon se remplit de randonneurs aux sacs imposants et à l’équipement complet. Il faut dire que Matsumoto est depuis très longtemps un point de passage privilégié pour accéder aux Alpes japonaises et on retrouve d’ailleurs à notre arrivée un grand groupe dans la gare, dernier point de ralliement – et peut-être de ravitaillement – avant de partir dans les hauteurs. Notre expédition est bien moins sportive que cela et notre première étape est bien entendu l’office de tourisme local, où j’essaie toujours de glaner quelques informations supplémentaires. Mauvaise pêche cette fois-ci. La personne au guichet n’est pas vraiment enthousiaste pour la promotion de sa ville et je dois me contenter d’une répétition de ce qui est écrit sur la brochure qu’elle nous tend. Peu importe, nous filons récupérer des vélos afin de nous diriger vers la première étape de la journée : le château de Matsumoto.

Château de Matsumoto

L’entrée principale du donjon pour les visites.

Si vous avez déjà eu un livre ou un guide sur le Japon entre les mains, vous devez peut-être savoir que de nombreux châteaux japonais actuels sont en fait des répliquas de béton construits principalement après la guerre. Si leur apparence extérieure donne un cachet certain aux environs, les intérieurs sont généralement tout ce qu’il y a de plus modernes et servent la plupart du temps de musées. Certains d’entre eux sont cependant toujours d’époque (Himeji, Inuyama, Hikone,…) et valent le coup d’être visités pour peu que vous soyez amateurs de vielles architectures de bois et de jolis parquets crissant et chuintant sous les pieds des visiteurs. Sorte de pendant obscur au “héron blanc” d’Himeji, le château de Matsumoto est surnommé “le corbeau” de part sa parure noire dominante – que je trouve, personnellement, bien plus proche de la pie que de maître Corneille. Passons.

Château de Matsumoto

La vue sur le pont Uzumi-no-hashi 理の橋 depuis le donjon.

Bien moins imposant en terme de superficie et de structure que son confrère de l’ouest, je lui trouve cependant un charme certain et c’est avec un plaisir non-dissimulé que j’en ai à nouveau gravi les escaliers abruptes. Les différents étages sont par endroit parsemés de quelques vitrines exposant principalement des armes à feu et autres gadgets militaires, sans oublier bien sûr les traditionnels plans d’époque de la cité dans sa forme féodale. Au final, il n’y avait que la foule – et l’absence du festival de taiko (tambours japonais) de 2007 – qui aurait pu me faire regretter cette deuxième visite. À faire sans hésitation aucune si vous êtes dans les parages et n’avez jamais eu l’occasion de mettre les pieds dans un château japonais d’époque. 😉

Le saviez-vous ?

● Le château de Matsumoto s’appelait autrefois “Château de Fukashi (Fukashi-jô 深志城). D’après le site officiel de la ville, il est souvent appelé “le corbeau” mais c’est une erreur.

● On pense que le château de Matsumoto est de couleur noire car le clan Ishikawa souhaitait montrer sa fidélité à Toyotomi Hideyoshi dont le château à Osaka était complètement noir.

● Ce château est l’un des 4 classés Trésor National au Japon avec ceux de Himeji, Inuyama et Hikone.

 

Dans le train vers Matsumoto

Dans le train vers Matsumoto : beaucoup de sac de rando, Matsumoto étant un point d’accès important aux Alpes Japonaises.

Vélos gratuits

On peut se procurer des vélos gratuits à la journée dans plusieurs endroits ; certains, appelés les Sui-sui-town すいすいタウン, sont mis à disposition par une association de la ville et d’autres, les Rikisha 力車, par les commerçants et hôtels de la rue Daimyô-chô 大名町 (la rue qui mène au château de Matsumoto). (Pour les Rikisha mis à disposition par des hôtels un peu partout dans la ville, je ne sais malheureusement pas s’il est nécessaire de passer la nuit dans l’hôtel correspondant pour accéder à ce service.) Si vous souhaitez profiter le plus tard possible du coin, je vous recommande ceux offerts par les commerçants car ils sont à rendre avant la fermeture des magasins et hôtels, alors que les Sui-sui-town sont à rendre avant 17h. Voici une carte de la ville avec les différents emplacements (le système des “Vélos-Taxis ベロタクシー” n’est plus en service). Si le japonais n’est pas votre fort, vous trouverez ces différents emplacements dans la carte du blog ci-dessous. 😉

Dans le train vers Matsumoto

C’est ce genre de paysage qui défile durant le trajet.

Infos pratiques

Horaires : de 08h30 à 17h (entrée possible jusqu’à 16h30) – ouvert toute l’année excepté du 29 décembre au 3 janvier (lors de certaines périodes de vacances comme pendant la Golden Week, l’ouverture se fait jusqu’à 18h avec une entrée possible jusqu’à 17h30)
Tarifs : 600 yen/adulte – 300 yen/enfants de moins de 14 ans
Accès : descendre à la gare JR de Matsumoto, le château est à une quinzaine de minutes à pied
Liens utiles et Références : sur le site officiel de la ville de Matsumoto, Présentation en français (fr), en anglais (an), historique (ja), infos visiteurs (ja), infos vélos (ja) – Site officiel touristique (ja) – Wikipédia (ja) (fr)

Dans le train vers Matsumoto

Petit roupillon dans le train. En général, j’aime bien faire de même mais pas ce jour-là.

Carte de Matsumoto et ses environs

Cliquez sur les différents sites pour vous repérer et naviguer dans le blog.

La galerie photos

Date des clichés : 2007/07/29 et 2012/08/10 – Objectifs et Apn : Lumix 7-14mm, 14-35mm et 45-175mm sur OM-D E-M5 – Canon 350D

S'abonner
Pour être mis au courant des nouveautés directement par mail